Des internautes veulent recourir à la chirurgie esthétique pour ressembler à leur filtre Snapchat

Si le titre de cet article à de quoi sonner amusant voire totalement invraisemblable, il s’agit pourtant d’un phénomène de société bel et bien réel qui inquiète de plus en plus de chirurgiens américains.

En effet, comme le rapporte le site Mashable France, trois médecins du département de dermatologie de l’université de Boston ont constaté que les jeunes utilisateurs de Snapchat ou Instagram demandaient de plus en plus à ressembler à leurs filtres, ces « doubles virtuels » partagés sur les applis. Dans une étude publiée Journal of the American Medical Association, les chercheurs nomment cela la « dysmorphophobie Snapchat », la peur d’avoir un défaut physique en version réseaux sociaux.

Le Dr Neelam Vashi, directrice de l’Ethnic Skin Center du Boston Medical Center  raconte dans son étude que la « dysmorphophobie Snapchat » est la « poursuite d’une perfection impossible », une peur d’être « laid ou difforme » largement amplifiée par les applications les réseaux sociaux où l’on se met en scène et où l’on peut « gommer » instantanément les « défauts » d’un visage. « Ces filtres sont devenus la norme, modifiant la perception de la beauté des gens dans le monde entier », continue la chirurgienne.

Face à ce phénomène inquiétant, la chirurgienne a pris le réflexe de renvoyer les patients demandant des modifications trop importantes directement vers un service psychologique.

Source : Mashable France